Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pire de la santé publique 2017

Bonjour à tous,

Je vous souhaite une excellente année 2018, bien évidemment sous le signe de la santé, mais surtout sous le signe de la responsabilité et de l’action pour devenir pleinement acteurs de votre santé. Pour prendre conscience de ce qui nous entoure, de l’importance de nos actes du quotidien et de notre conscience citoyenne, quoi de mieux que de jeter un oeil sur ce qui s’est passé en 2017 pour faire en sorte que la situation s'améliore ?

Santé, liberté, autonomie, pesticides, médicaments, levothyrox, scandales sanitaires

Dessin : © René Bickel

Je vous propose le meilleur du pire de l’année 2017 pour la santé publique. Malheureusement, cette rubrique n’est pas à vocation humoristique. Elle est très sérieuse, mais je vais tenter d’y apporter un peu de légèreté pour ne pas tomber dans le fatalisme ou le catastrophisme. Je suis optimiste et je pense que nous pouvons réellement faire évoluer les choses dans le bon sens.

Bienvenue pour cette première cérémonie des Pandores de la Santé 2017. Cette année, il n'y aura qu'une seule catégorie : les problèmes de santé publique qui "ne sont pas dangereux".

 

4ème dauphin

Les oeufs contaminés au fipronil

Le fipronil dans les oeufs, 5ème place seulement dans notre classement. Les scandales alimentaires sont des classiques. Ce n’est presque plus une surprise, après les saumons d’élevage de Norvège contaminés par un antiparasitaire dont l’utilisation est interdite en Europe en 2013-2014, les lasagnes à la viande de cheval et les chevaux de laboratoire utilisés en boucherie pour l’année 2013 ou encore les gâteaux contaminés du géant suédois de l’ameublement Ikéa en 2012. Cette fin d’année a également été marquée par les laits maternisés, produits par Lactalis, présentant une contamination par de la salmonelle.

Les scandales se succèdent et les comportements de consommation changent pendant quelques mois avant que les anciennes habitudes ne reprennent le dessus. Combien de consommateurs se disent choqués à chaque nouveau scandale alimentaire, mais continuent à entretenir au quotidien l'industrie agro-alimentaire de profit ?

La contamination des oeufs par le fipronil est l’exemple-type de cette industrie agro-alimentaire basée sur la quantité plus que sur la qualité. Le fipronil est considéré comme “modérément toxique” par l’Organisation Mondiale de la Santé. Son usage est tout de même strictement interdit chez les animaux destinés à la consommation humaine et il s’est retrouvé dans l’assiette de nombreux consommateurs. Pâtes aux oeufs, gaufres, brownies, muffins font partie des produits concernés par la contamination. Plus de 15 pays ont été touchés par cette pollution alimentaire au fipronil.

Que faut-il penser de tout cela ? Les autorités sanitaires nous disent que c’est sans danger.

Malgré le retrait de millions d'oeufs et de produits alimentaires contaminés dans toute l'Europe, il n'y a pas de danger. Les doses de fipronil potentiellement ingérées sont inférieures aux quantités considérées comme nocives. C'est ce que l'on peut dire avec les résultats d'études toxicologiques pour le fipronil seul, mais qu’en est-il lorsqu’il est présent en compagnie d’autres pesticides ? Aucune étude ne permet de savoir précisément le seuil de toxicité du fipronil en présence d'autres pesticides et d'autres substances chimiques présents dans l'alimentation. L'effet cocktail donne des effets toxiques très imprévisibles et à des doses généralement plus faibles que pour chaque produit chimique testé seul. Avec les connaissances scientifiques actuelles en la matière, il est bien présomptueux que dire que c'est sans danger.

3ème dauphin

Il échoue au pied du podium. C’est la place la pire, la plus frustrante. Il faut dire qu’il est presque passé inaperçu. Les médias n’en ont presque pas parlé. Moins important qu’un chanteur dans l’émission The Voice, un nuage radioactif provenant d’une fuite dont l'origine est située “entre la Volga et l’Oural”, c'est-à-dire en Russie ou au Kazakhstan.

Un nuage radioactif

Le nuage radioactif, contenant du ruthénium 106, a traversé une bonne partie de l’Europe fin septembre et début octobre. Il est passé au dessus de l’Autriche, de la Suisse, du sud est de la France, une partie de l'Allemagne et d’autres pays encore, mais comme pour l’accident nucléaire de Tchernobyl, il n’y a rien à craindre. Cet événement n’a rien à voir avec celui de Tchernobyl, heureusement, mais encore une fois les autorités françaises et européennes font le maximum pour minimiser la situation et surtout pour ne pas informer la population avant le passage du nuage radioactif.

Selon l’IRSN (Institut de Recherche pour la Sûreté Nucléaire), les populations ont été exposées à des seuils de radioactivité très faibles donc sans conséquence pour la santé. Le président de la CRIIRAD, un organisme indépendant, estime pour sa part que les populations sont exposées à des risques. Les plus grands risques concernent les populations locales. Le ruthénium 106 est un élément radioactif assez puissant, qui nécessite 300 jours pour faire disparaître la moitié de sa radioactivité. Ce n'est pas un produit qui disparaît rapidement. Sa présence dans l'environnement aura des conséquences pendant plusieurs années.

Etant donné la distance qui sépare la France du lieu d'origine de la fuite, la population française est à l'abri d'un risque sanitaire direct. Mais les denrées alimentaires, quant à elles, voyagent très facilement d'un pays à l'autre. Les matières premières exposées sont contaminées. Elles seront très probablement commercialisées pour nourrir les animaux ou les hommes dans les pays qui ne sont pas trop regardants. Bien avant qu'elle n'ait disparu totalement, la radioactivité issue de cette fuite rentrera directement ou indirectement dans la chaîne alimentaire de l'homme. Il ne faut pas oublier que la Russie est le grenier à blé de l'Europe avec des prévisions d'exportation pour 2017-2018 qui pourraient dépasser 40 millions de tonnes de céréales.

Même si le taux de radioactivité était faible lors du passage du nuage, c’est la volonté de cacher à la population des informations majeures qui est choquant et qui rappelle ce qui s’est passé avec les événements majeurs de Tchernobyl et même de Fukushima.

 

2ème dauphin

Sur la troisième marche du podium des Pandores de Santé 2017, nous retrouvons un médicament. Et pas n'importe quel médicament. Il s'agit de l'un des médicaments les plus vendus en nombre de boites. Merci de faire un tonerre d'applaudissements pour le scandale du Levothyrox.

Le changement de formule du Levothyrox

Le Levothyrox souhaite faire partager ce qu'il ressent à tous ceux qui nous lisent. C'est à vous.

Crédit : © 2017-2018 Pleine Santé - Tous droits réservés

Levothyrox : c'est beaucoup d'émotion. Des années de travail et de préparation pour en arriver là. J'ai encore du mal à réaliser. Il y a un an, si on m'avait dit que je serais à cette place, je n'y aurais pas cru. C'est fabuleux. Je veux remercier les personnes sans qui tout cela n'aurait pas été possible. Merci à Merck, mon laboratoire pour avoir modifier ma formule. Merci à tous ceux qui ont fait en sorte que les patients ne soient pas correctement informés sur les conséquences du changement de formulation. Merci à la ministre de la Santé pour sa sollicitude auprès des patients en pleine galère quand, au cours d'une conférence de presse en parlant des effets indésirables ressentis par les malades, elle a tenu les propos suivants : "Ce sont des effets notables, mais qui ne mettent pas en danger la vie des patients". Je vous embrasse tous. Merci de m'avoir soutenu dans les moments difficiles.

Merci Levothyrox ! C'est beau de vivre des moments comme ça. Il n'y a vraiment que la santé publique pour nous faire vivre de telles émotions.

Lire l'article Levothyrox, le problème n'est pas nouveau !

 

1er dauphin

Il reste encore les deux grands champions de l'année. Le premier dauphin des Pandores de Santé 2017 est une dauphine. Elle a fait la une des médias en France et en Italie, mais aussi dans de nombreux pays qui n’étaient pas concernés par cette actualité. La situation sanitaire épidémique catastrophique et sans précédent a permis à l’obligation vaccinale de 11 vaccins pour les bébés de prendre la 2ème place de notre classement.

L'obligation vaccinale de 11 vaccins

Tout le monde doit être vacciné pour préserver la santé publique, même les personnes qui n’ont pas une réponse immunitaire positive à la vaccination. Même les personnes qui ont un risque génétique accru de maladies liées au système ne sont pas exemptées. Et surtout les 11 vaccins doivent être administrés autant que possible à des nourrissons malgré un foie, des reins et un système immunitaire encore immature.

 

Le grand vainqueur

C'est un habitué de l’actualité et des médias. Il a fêté ses 43 ans de commercialisation cette année. Il a fait la une de nombreux magazines nationaux en France et à l’étranger. Il va recevoir ce prix exceptionnel devant ses parents biologiques et adoptifs : Monsanto et Bayer. Vous l’avez sûrement reconnu, le grand vainqueur des Pandores de Santé de l’année 2017 revient au glyphosate.

Le glyphosate

santé publique, pesticides, glyphosate, Monsanto, maladie

Dessin : © René Bickel

La palme revient à la prolongation de l’utilisation du glyphosate. 

Depuis 2015, le glyphosate est classé par le Centre International pour la Recherche contre le Cancer comme cancérogène probable.

Une abondante littérature scientifique révèle que le glyphosate n'est pas seulement soupçonné d'être cancérogène. Il pourrait être à l'origine de malformations chez le nouveau-né, une particularité pathologique très fréquente dans les régions du monde où il est très utilisé. A la liste des fortes suspicions des conséquences de l'exposition au glyphosate s'ajoutent de graves maladies des reins et du foie, des perturbations hormonales et des troubles neurologiques.

Une exposition régulière au glyphosate provoque son accumulation dans l'organisme. Cette conséquence est connue depuis des décennies. Elle figure dans le dossier toxicologique qui a permis d'obtenir l'autorisation de commercialisation. Mais encore une fois, il n’y a rien à craindre.

Bien que tous les indicateurs soient au rouge pour ce produit, sa commercialisation vient d'être prolongée en Europe pour 5 ans au minimum, sauf situation majeure justifiant son retrait anticipé. C'est également un pesticide très utilisé pour la culture de semences OGM, qui arrive dans la chaîne alimentaire directement ou indirectement après avoir nourri les animaux d'élevage.

 

Ces 5 situations, qui ce sont déroulées en 2017, ont toutes été accompagnées de propos très rassurants. Il n'y a pas de danger, il n'y a rien à craindre pour la santé. Comme toujours, tant que la marmite n'explose pas, tout va bien dans le meilleur des mondes. Quand elle explose, les rats quittent le navire et tout le monde dit que c'est choquant d'avoir laissé faire et fermé les yeux pendant tant d'années alors que les informations étaient disponibles.

Les informations de cet article ne sont pas réjouissantes. Nous ne pouvons pas tout savoir ni tout maîtriser. Mais nous pouvons contribuer chaque jour à l’amélioration de notre qualité de vie et de celle des autres personnes que nous côtoyons de plus ou moins près sur cette terre.  Ne baissez pas les bras, ne baissons pas les bras. Notre avenir mérite mieux que cela. Soyons responsables de notre santé et agissons de manière constructive. Devenons acteurs de notre santé et contribuons à notre échelle à faire changer les choses.

 

Retrouver l'actualité du Dr Raphaël Perez sur sa page Facebook

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle. www.drraphaelperez.fr/boutique Auteur - conférencier international Naturopathe hygiéniste - santé naturelle - suivi de jeûne
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article